Publicité

 

Les exportations américaines de porcs ont encore une fois été robustes en août avec un volume totalisant 508.6 millions de livres en hausse de 16.2% sur un an mais toute de même inférieur au volume de juillet par un écart de 6.2%. En regardant les statistiques de plus près, on s’aperçoit rapidement que la Chine remporte la palme de la croissance dans ce mois avec une augmentation de 409% de son volume avec des livraisons sur son territoire qui ont totalisé 97.1 millions de livres, 2ème destination en importance du mois d’août après le Mexique. Toutefois, avec les ventes quasi inexistantes de cet été à destination de la Chine, on peut légitimement se demander si le mouvement de hausse ne présentera pas des signes d’essoufflements dans les prochains rapports. Les livraisons importantes de cet été sont le résultats des importants volumes qui avaient été achetés par la Chine dans la première moitié de l’année. Bien que ce volume représente une hausse importante sur un an, c’est tout de même une baisse par rapport au mois de juillet démontrant ainsi un ralentissement possible dans les mois  à venir. Outre la Chine, la Corée du Sud a connue une augmentation de ses achats en août de 17.1% sur un mois et de 36.4% sur un an, cette destination est appelée à voir les volumes de ventes augmenté compte tenu de l’apparition de la PPA sur son territoire dans les dernières semaines.

Depuis le début de cette année, les exportations sont passées en territoire positif avec une hausse de 3.3% sur un an ce qui représente 129.3 millions de livres supplémentaires. Ça demeure toutefois sous le niveau de croissance de la production qui affiche actuellement 4.1% de janvier à la semaine dernière d’autant plus que cette valeur pourrait augmenter dans les semaines à venir si on si fie aux dernières statistiques d’abattage. Les trois principaux acheteurs voient un recul de leur volume respectif avec le Mexique en tête de liste avec une baisse de 13.9% sur un an malgré le règlement du conflit commercial avec les américains. Le marché mexicain représentait près de 31% des ventes américaines à la même période l’an dernier alors que cette ce n’est plus que 26%. Pour les autres destinations, l’Australie, la Colombie et le Chili retiennent l’attention avec des croissances de respectivement 37.6%, 18.1% et 63.1% ce qui représente un volume supplémentaire de 117.4 millions de livres.

La Chine est clairement le catalyseur de la croissance actuellement aidé par les autres destinations comme les pays mentionnés précédemment. Reste à se croiser les doigts pour que les achats chinois continuent de progresser au même rythme et plus malgré quelques indications contraires. Pour atteindre la cible de l’USDA de 6.53 milliards de livres, il faudra clairement que tous les acheteurs reviennent massivement sur le marché dont les 3 principaux qui démontrent des signes de faiblesse depuis le début de l’année.